Fri’la Garou

29 10 2012

Fri’la Garou, fritait ses enfants,

Les cognaient si fort, qu’ils avaient plus d’dents.

Les gamins, ces pauv’miséreux

En secret priaient le bon Dieu.

 

Fri’la Garou les fritait encore,

Si bien qu’ses ptits, y gueulaient la mort

La Garou tapait encore et toujours

Laissant les mioches agonisants au p’tit jour.

 

Un matin de pluie

Qu’elle n’entendait pas d’bruit

Elle croyait qu’y z’avaient enfin compris

Ou mieux encor, qu’ils ‘étaient partis

 

Fri’La Garou s’leva pour voir

Si les p’tit gars s’étaient enfuis

Mais la veille, trop crevés et meurtri

D’hématomes et d’écorchures, Le soir

Ont rendu leur souffle dans le noir.

 

La  vielle Garou se trouva bien seule

Sans les voyous qui l’emmerdait

Elle poussa un coup de gueule

Et se mit à chialer.

 

Elle a tué le fruit de ses entrailles

Une dame ne bat pas sa marmaille

Elle ne mérite pas d’être mère

On la méprise jusqu’en enfer


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Me encanta leer |
poème du jour |
Adadisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Readbook
| Stemarx
| atelier d'écriture Bou...